Français Bac Textes officiels

Français

  Ressources pour mes élèves 

 

Lycée Joliot Curie 2017-2018

 

92000 Nanterre

Accès aux cours: 1ère S

Mise à jour: jeudi 10 mai 2018, journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage

Trousse de l'élève

 

Méthode de l'écrit  

Méthode de l'oral  

 

 

 

Fiches pratiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les professeurs documentalistes

sont à ta disposition au CDI

pour te suggérer des lectures cursives, 

selon tes goûts et tes aptitudes...

 

Français: nos séquences d'enquête 2017-2018

 

Mosaïque littérature française

Cours de Michel Wattremez


Notre programme comprend 6 séquences en 2017-2018:

1. Le personnage de roman en quête d'identité

2. L'image de l'ogre dans la littérature et les arts

3. Michel Tournier, Le Roi des Aulnes, 1970, ou l'Histoire transfigurée

4. Molière, Dom Juan ou le Festin de pierre, 1665

5. Les Lumières se battent pour des idées

6. Les poètes chantent l'amour

 

   1. Le personnage de roman en quête d'identité  

 

 

Objet d'étude: Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours

 

Problématique: Le personnage de roman est en quête d'identité ; comment se manifeste cette recherche dans l'écriture romanesque ? qu'est-ce qu'un personnage de roman ? Comment se caractérise-t-il ? Comment se construit-il ? Comment la quête d'identité d'un être de papier peut-elle rejoindre celle du lecteur ? 

 

Lectures analytiques

  • LA nº 1 - Emile Zola, Germinal, roman, 1885, incipit

  • LA nº 2 - Guy de Maupassant, Bel-Ami, roman, 1885, excipit

  • LA nº 3 - Guy de Maupassant, Le Horla, nouvelle, 2e version, 1887, incipit

Activités

  • la caractérisation du personnage de roman

  • le réalismeet le naturalisme

  • les techniques d'écriture romanesque

  • réel, mimésis et transfiguration

  • vies de Zola et de Maupassant, l'école naturaliste, a "nature" selon Zola, le roman expérimental

Documents complémentaires

  • Emile Zola, Le roman expérimental, I, Paris, Charpentier, 1902, le romancier est à la fois observateur et expérimentateur.

    Zola affirme ici sa thèse : le romancier naturaliste est par rapport au personnage de roman à la fois un observateur et un expérimentateur. La position de l'artiste est donc proche de celle du scientifique, même si le romancier utilise ses propres outils littéraires, romanesques, pas un scalpel ou une éprouvette. ● L'intérêt de ce texte est de montrer que l'identité d'un personnage de roman passe par la vision du romancier qui agit en quelque sorte comme un démiurge, un créateur de vie et d'identité.

    •  

  • Patrick Modiano, Rue des boutiques obscures, roman, Prix Goncourt 1978 : un narrateur à la recherche de son passé.

    Guy, le narrateur du roman, est à la recherche de son identité. Un ami détective l'aide dans cette quête. Il ne reste au narrateur amnésique que de vagues souvenirs de boutiques dans la nuit. Tous les signes, toutes les traces qu'il rencontre, le ramènent à son histoire juive et à l'Histoire, à la SGM. ● L'intérêt de ce texte est de montrer que la quête identitaire est au cœur même de l'écriture narrative. Elle ne se pose pas du point de vue pathologique (la schizophrénie de Maupassant). L'idée simple est que l'écriture (raconter une histoire) et la lecture permettent de retrouver le fil pour comprendre qui nous sommes vraiment.

  • Sattar Jabbar Radhi, La quête identitaire chez les personnages romanesques de Patrick Modiano, Entre fiction et histoire. Thèse de doctorat, Université Lumière Lyon II, 2015.

    Le chercheur a lu tous les romans de Patrick Modiano. L'écriture romanesque (par les métaphores, les anaphores, les analepses, les prolepses...) est un moyen thérapeutique de guérison pour retrouver une identité perdue. ● On est très loin ici de la méthode de Zola, trop expérimentale pour saisir la psychologie de l'âme, ce qui a été au contraire l'obsession du XXe siècle avec les psychanalystes Freud et Lacan et les auteurs du Nouveau Roman comme Michel Butor, Alain Robbe-Grillet, Marguerite Duras...

 

   2. L'image de l'ogre dans la littérature et les arts  

 

  • Objet d`étude: Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours  

  •  

  • Problématique: L'image de l'Ogre reflète dans la littérature et dans les arts des valeurs qu'il convient d'interroger. Les textes modernes reprennent un archétype situé dans une longue tradition depuis l'Antiquité. Que représente l'ogre? Quelles sont ses caractéristiques et ses variantes? Comment évoluent-elles au cours des siècles?

 Lectures analytiques

  • LA n° 4 - Charles Perrault, Le Petit Poucet, 1697, extrait. Voir sur ce site un exercice sur le conte de Perrault et un autre sur une gravure de Gustave Doré

  • LA n° 5 - Johann Wolfgang von Goethe, "Le Roi des Aulnes", 1782, adaptation de Gérard de Nerval, 1830

  • LA n° 6 - Michel Tournier, Le Roi des Aulnes, 1970, "L'Ogre de Rominten"

Activités

  • Réalisation d'un corpus de textes et d'images à partir de l'exposition virtuelle de la Bibliothèque Nationale de France Les contes de fées et des documents disponibles au CDI du lycée.

  • Le mythe, l'archétype, le symbole

  • Le fantastique et le merveilleux

  • La fonction morale et éducative du conte

Documents complémentaires

  • Francisco de Goya (1746-1838), Saturne dévorant un de ses fils, tableau, 1819-1823. Musée du Prado, Madrid, Espagne.

  •  

    • Cette fresque (huile sur plâtre) appartient aux pinturas negras de l'artiste espagnol. Le roi des titans Cronos (identifié à Saturne) dévore l'un de ses fils pour éviter que plus tard il ne prenne le pouvoir. Saturne renvoie ici à l'image de l'ogre, au cannibalisme générationnel, à la monstruosité. Le tableau est violent, allégorique. ● Par ailleurs cette œuvre picturale pessimiste, au-delà du mythe, renvoie à la grave maladie dont souffre Goya, à une période noire de l'histoire espagnole immédiatement après les guerres napoléoniennes ; Saturne pourrait représenter l'Etat dévorant ses citoyens.

    •  

  • Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, 1970.

    • Todorov tente d'expliquer la différence entre le fantastique et le merveilleux. Le fantastique serait l'intrusion de l'anormal dans un monde apparemment réel (Le Horla), le récit merveilleux noue dès le début un pacte entre le conteur et le lecteur écartant tout réel au profit de l'invention pure. ● Ce texte est intéressant pour comprendre l'ambiguïté du Roi des Aulnes de Tournier. On peut s'y référer également par rapport à Maupassant et Zola (séquence 1), ou (pourquoi pas?) à Dom Juan.

  • Bruno Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées, 1976.

    Ce texte essaie de donner une clé d'interprétation des contes de fées. L'idée est que l'enfant s'identifie au Petit Poucet vainqueur de l'ogre pour grandir et mûrir. Le conte a donc une fonction éducative. ● L'approche de Bettelheim est psychanalytique mais les contes peuvent être étudiés également formellement (Propp, Morphologie du conte de fées, un conte reprend en les variant des combinaisons de séquences limitées avec des héros stéréotypés) et du point de vue anthropologique : Jung insiste sur l'idée d'archétype (exemple l'ogre comme personnage de l'inconscient collectif planétaire, repris de génération en génération)...

  • Laureline Amanieux, Ce héros qui est en chacun de nous. La puissance des mythes, Clés, Albin Michel, 2011.

    La psychologue reprend la thèse de Bettelheim dans une approche de vulgarisation. Elle considère le Petit Poucet comme un exemple parfait de la métis grecque (l'ingéniosité d'Ulysse). ● Laureline Amanieux fait du « petit » personnage de Perrault un parfait exemple d'autonomie et d'émancipation par rapport au mal en montrant l'actualité de Perrault en 2018.

 

   3. Michel Tournier, Le Roi des Aulnes, 1970, ou l'Histoire transfigurée  

 

  • Objet d`étude: Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours 

  • Problématique: Ancien élève au pensionnat Saint-Christophe, l 'étrange Abel Tiffauges est plongé dans le Seconde Guerre mondiale, errant de la réserve de Rominten en Prusse Orientale jusqu'au napola de Kaltenborg, pour finir dans un marécage, sauvant sur ses épaules le jeune Juif Ephraïm enfui d'un camp. Quelle part tiennent l'histoire et le mythe dans ce roman de Michel Tournier, Prix Goncourt 1970 ?

Lectures analytiques

  • LA nº 7 - Incipit du roman, extrait

  • LA nº 8 - La légende de Saint-Christophe selon Voragine, p. 60-63

  • LA nº 9 - Abel Tiffauges porteur d'enfant, dernières lignes du roman

Activités

  • Fiction et histoire

  • Le réalisme selon Tournier et Zola, le travail de documentation de Tournier

  • Réalité, mythe et écriture romanesque chez Tournier

  • Vie de Tournier

  • Eléments historiques du IIIe Reich allemand reflétés dans le roman

  • Les années 1970 en France et dans le monde occidental, histoire et cultures

  • Dossier de recherches : le thème de l'ogre, les éléments fantastiques, merveilleux, historiques, le concept de phorie chez Tournier

Documents complémentaires

  • Amaury Nauroy, Histoire d'un livre : le Roi des Aulnes de Michel Tournier, Gallimard, ressources et documents, en ligne sur www.gallimard.fr.

    Il y a chez Tournier un effort de documentation pour construire la fiction du Roi des Aulnes, qui n'est pas sans rappeler l'enquête réaliste du naturaliste Emile Zola. Sauf que la part de fiction, de mythe et de philosophie (réflexion sur le sens de l'existence et de celui qui réfléchit) est fondamentale chez Tournier, au-delà de l'histoire réelle de l'Allemagne nazie.

  • André Bonin, photo de Michel Tournier à la NRF en novembre 1970.

    Ce cliché en noir et blanc est officiel ; il fait partie de la communication de l'éditeur Gallimard, une « maison » qui a lancé Albert Camus et qui collectionne les Prix Goncourt. Ce prix du meilleur roman a été fondé en 1903 par les frères Goncourt, romanciers réalistes de l'époque de Zola. ● On rapprochera cette photo des interviews de Tournier vues en classe, plus intimes, notamment chez lui dans sa maison de la Vallée de Chevreuse, avec la statue de Saint-Christophe.

  • Arlette Bouloumié, « La dimension politique du mythe de l'ogre chez Tournier, Chessex et Pennac », dans Lectures politiques des mythes littéraires au XXe siècle, éd. Sylvie Parizet, Presses Universitaires de Nanterre, 2009, p. 339-354.

    L'universitaire essaie de décrypter les intentions de Tournier. Derrière une histoire d'ogre se cache une dénonciation de la barbarie nazie. Arlette Boloumié prouve si c'est nécessaire que le roman peut dénoncer l'insoutenable par les faits réalistes de l'histoire mais aussi réveiller des consciences endormies, grâce au mythe, à la légende, à la fiction romanesque. ● L'auteur publie aux Presses Universitaires de Nanterre. Il faut donc noter que le lycée Joliot Curie n'a pas à être complexé d'exister dans une ville tout à fait performante en matière de recherche scientifique internationale.

 

 

   4. Molière, Dom Juan ou le Festin de pierre, 1665  

 

Objet d'étude: Le texte théâtral et sa représentation du XVIIe siècle à nos jours

 

Problématique: En faisant jouer Dom Juan à Paris en 1665 Molière reprend le mythe du séducteur déjà illustré avant lui mais dans une pièce à machines où l'action est éclatée dans une multiplication de lieux et de décors. Comment Molière réussit-il à rénover le théâtre classique en représentant sur scène un héros libertin, ambigu, dans une esthétique baroque combinant les éléments comiques et tragiques ? (Regroupement de textes. Par ailleurs nous lisons Dom Juan en lecture intégrale.)

 

 

Lectures analytiques

 

  • LA nº 10 - acte I, scène première (exposition)

  • LA nº 11 - acte I, scène 2 (tirade de l'inconstance)

  • LA nº 12 - acte III, scène 2 (scène du pauvre)

  • LA n° 13 - acte IV, scène 3 (scène de Monsieur Dimanche)

  • LA n°14 - acte V, scènes 5-6 (dénouement)

Activités

  • Réalisation d'un dossier de recherches sur deux questions parmi quatre proposées : 1. les sources de Molière. 2. la position de Don Juan par rapport à la religion. 3. Don Juan est-il un ogre ? 4. La pièce de Molière est-elle tragique ou comique ?

  • Révision du vocabulaire théâtral

  • L'esthétique classique et l'esthétique baroque

  • Les formes du comique

  • Les caractéristiques de l'écriture tragique : hybris, catharsis, fatum...

  • Vie de Molière à travers le film d'Ariane Mnouchkine, Molière, 1978

  • Visionnement de plusieurs extraits de Dom Juan à travers plusieurs metteurs en scène

  • Ecriture d'invention: sous forme de dialogue théâtral, imaginer Don Juan entrant dans le tableau de Louis Le Nain « Repas de paysans » et s'adressant à un ou plusieurs personnages.

 

Documents complémentaires

  • Sganarelle, un personnage de la Commedia dell'Arte revu par Molière, texte sur le site www.don-juan.net.

    Ce texte explique, d'une part, le lien de Sganarelle avec le zazi Brighelia de la comédie italienne, et, d'autre part, le couple indissociable formé par Sganarelle et son maître Don Juan : « il est autant son double que son opposé, son miroir que son juge ». Utilisez ce texte si vous tombez à l'oral sur une lecture analytique mettant en scène Sganarelle.

  • Les personnages de la Commedia dell’Arte italienne, illustrations sur le site de l'université de Genève  

    On a ici des informations sur le théâtre italien à la mode du vivant de Molière. Enfant, il a pris goût au théâtre en voyant ces spectacles de théâtre de rue, essentiellement oral et comique. Arlequin et Brighelia renvoient directement à Sganarelle. ● Aucun personnage ne concerne Don Juan car ce personnage repris par Molière appartient à un autre type de théâtre, le théâtre héroïque, avec des personnages nobles, illustrant sur scène des valeurs aristocratiques (loyauté, fidélité, bravoure, respect...) et employant un français soutenu. Il est probable que Don Juan est inspiré de modèles français à partir d'auteurs italiens et non du Burlador de Sevilla de l'Espagnol Tirso de Molina (Siècle d'Or).

  • Jean de La Fontaine (1621-1695), «  Le Corbeau et le Renard », Fables, livre I, 2, 1668, en intertextualité avec Don Juan et Monsieur Dimanche (IV, 3).

    Les textes renvoient les uns aux autres (intertextualité). Pour Dom Juan, IV, 3, il faut établir un parallèle entre le discours élogieux et trompeur de Don Juan et celui du Corbeau trompant le Renard par le même jeu des compliments.

  • « Qu'est-ce que le libertinage ? », texte sur le site http://www.don-juan.net/francais/france/lf17mod05.htm.

    Ce texte définit précisément le libertinage et ses versants intellectuel et moral. ● La fin permet de comprendre la portée de l'oeuvre de Molière : « [Don Juan est] un libertin d'idées et de mœurs. Cependant, si le comportement de Don Juan est licencieux et s'il prône le plaisir immédiat, c'est le libre penseur qui l'emporte, celui qui ne croit pas aveuglément et qui doute, celui qui raisonne devant les évidences de la vie dont se contentent ses contemporains. ».

  • Jean de La Fontaine, « La Mort et le Bûcheron », Fables, livre I, 16, 1668, en intertextualité avec la scène du pauvre (III, 2).

    Cette fable est à rapprocher de l'acte III, scène 2 de Dom Juan et du personnage du pauvre. Un pauvre bûcheron à l'agonie parle à la mort (allégorie) et se soumet à elle. Le calvaire décrit pathétiquement par La Fontaine renvoie aux réalités extrêmes du XVIIe siècle supportées par le tiers-état: famine, fatigue, charges familiales, impôts, pillage des mercenaires... ● Mais attention, le pauvre de Dom Juan semble croyant et agir au nom de Dieu (ce que Don Juan conteste par l'ironie); le bûcheron de La Fontaine semble se soumettre et se résigner à la souffrance.par peur de la mort.

  • Louis Le Nain, « Repas de paysans », toile, 1642, Musée du Louvre.

    Ce tableau est à mettre en relation avec Dom Juan, III, 2. A part les informations données en cours on peut consulter

    https://www.histoire-image.org/etudes/monde-paysan-xviie-siecle

 

 

   5. Les Lumières se battent pour des idées  

 

Objet d'étude: La question de l'Homme dans les genres de l'argumentation du XVIe siècle à nos jours 

 

Problématique: Quelles valeurs défendent les philosophes français du XVIIIe siècle par l'argumentation directe ou indirecte? Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Diderot (entre autres) nous amènent à nous interroger en particulier sur la tolérance, la paix, la science, l'éducation et la divulgation des savoirs. Ils dénoncent par ailleurs l'esclavage, une pratique courante depuis le XVIe siècle, réglementée notamment par le Code noir de 1685 sous Louis XIV, abolie en France en 1848, pour faire l'éloge de l'égalité, de la fraternité et du respect de la différence. Les textes complémentaires, notamment celui d'Aimé Césaire et l'article du Monde en 2013, donnent un éclairage plus récent à la question, ainsi que la page de TV5 Monde consacrée à la commémoration de l'abolition de l"esclavage le 10 mai 2018.

(Regroupement de textes. Par ailleurs nous lisons Candide, 1759, de Voltaire en lecture intégrale.)

 

 

Lectures analytiques

 

  • LA nº 15 - Voltaire, Candide, 3, "Rien n'était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées..."

  • LA n° 16 - Voltaire, Candide, 19, "En approchant de la ville, ils rencontrèrent un nègre étendu par terre..."
  • LA n° 17 -  Voltaire, Candide, 30, "Candide en retournant dans sa métairie fit de profondes réflexions sur le discours du Turc..."

  • LA n° 18 - Montesquieu, "De l'esclavage des nègres", L'esprit des lois, 1748

Activités

  • Réalisation d'un dossier par chaque élève sur le conte philosophique Candide de Voltaire

  • Projection de deux diaporamas sur les Lumières: principaux écrivains et artistes, contexte historique, politique et social

  • Distribution et étude d'une fiche synthétique sur l'argumentation directe et indirecte

  • Les idées et valeurs des Lumières (cours)

  • Découverte de la page de TV5 Monde consacrée à la célébration de l'abolition de l'esclavage, 10 mai 2018

 

Documents complémentaires

  • Le commerce triangulaire, texte et carte, Editions Belize


Le Code noir, 1685, extraits et facsimile de la première page




  • Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme, Présence africaine, Paris, 1950, chapitre 2. Comment Césaire réplique-t-il aux défenseurs du colonisalisme?

  • Rebecca J. Scott, « L'esclavage moderne n'est pas différent de celui pratiqué il y a 150 ans », Le Monde, « Idées », 22 juillet 2013.


   6. Les poètes chantent l'amour  

 

Objet d'étude: Ecriture et quête du sens, du Moyen Âge à nos jours

Problématique. L'amour est une relation entre deux êtres humains, fondée entre autres sur le désir, le manque, la joie et la souffrance. Du point de vue de la représentation, comment les poètes transfigurent-ils l'amour à travers les règles, les contraintes et la liberté du genre poétique? Comment cette représentation de l'amour évolue-t-elle à travers l'histoire?

Lectures analytiques

LA n° 19 - Pierre de Ronsard, "Mignonne, allons voir si la rose..."

LA n° 20 - Gérard de Nerval, "Une allée du Luxembourg", Odelettes, 1853. 

LA n° 21 - Victor Hugo: "Vieille chanson du jeune temps", Les Contemplations, 1856

LA n° 22 - Paul Eluard, "Je t'aime", Le Phénix, 1951

Documents complémentaires

Portraits de Pierre de Ronsard et de Cassandre Salviati, édition des Amours.



Léopold Sédar Senghor, "Femme noire", Chants d'ombre, 1945



Pierre Dacco, «Je t’aime… De plus en plus illusoire… de plus en plus authentique », Comprendre les femmes et leur psychologie profonde, Editions Marabout, 1972

 


Raymond Queneau, "Si tu t’imagines", musique de Joseph Kosma, interprété par Juliette Gréco , 1947


Barbara [Monique Serf], "Ce matin-là", musique de Liliane Reine Benaily Gnansia, 1963



En français, considère-toi comme un lecteur actif et curieux, c'est-à-dire comme un enquêteur ou investigateur

Ton but : interroger, enquêter, pour résoudre un problème, à travers les textes, les documents, les activités

 

Pour t'aider dans ce parcours : ton intelligence, ta sensibilité, ton "flair", ta loupe... 

Suis le chemin sur la carte, vers le LAC D'INTELLIGENCE DES TEXTES...

 

Retour à l'index

 

Mosaïque de M. Wattremez: de gauche à drite et de haut en bas: Guy de Maupassant, Valentine de Saint-Point, Léopold Sédar Senghor, Michel Tournier, Barbara (Monique Serf), Ronsard, Don Juan