Lycée Joliot Curie 92000 Nanterre

EAF 2016

1ST2S2

Séquence nº 2: le héros de roman et son mentor

 

Devoir surveillé

Conception: et correction: M.. Wattremez

 

Question sur corpus nº 1 -corrigé

 

Après avoir lu attentivement les textes du corpus, vous répondrez à la question suivante de façon organisée et synthétique.

Comment caractériseriez-vous le personnage littéraire du mentor dans ces différents textes ? 

Ce corrigé général est donné à titre indicatif. Il ne remplace pas les annotations sur la copie personnelle de l'élève, ni les conseils prodigués en cours  ou en accompagnement personnalisé.

 

Notre corpus regroupe quatre textes présentant différents types de mentor. Dans le passage des Aventures de Télémaque (1699) Fénelon campe Mentor et le jeune Télémaque en danger sur un bateau en pleine tempête. Un extrait de Candide, conte philosophique de Voltaire (1759), met en scène le jeune Candide et son maître Pangloss dans le dernier chapitre, à Constantinople, après que s'est achevé le long voyage du héros. Un fragment du roman de Balzac Le Père Goriot (1835) présente les conseils de Vautrin au jeune Rastignac. Enfin Raymond Queneau dans le roman Zazie dans le métro (1959) montre au lecteur tonton Gabriel essayant d'inculquer les bonnes manières à sa petite nièce indisciplinée et espiègle. Comment caractériser ces différents mentors?

Chez Balzac, Vautrin manipule le jeune Eugène de Rastignac en faisant pression sur lui afin de lui enseigner des valeurs amorales qui lui permettront de réussir en société. Sa parole est toute puissante et se manifeste par un discours incisif, persuasif, avec des figures exprimant la force et évoquant le monde animal. Certes, Vautrin remplit son rôle éducatif, mais il incarne un type de mentor négatif, vicieux, comme la Marquise de Merteuil par rapport à la jeune Cécile de Volanges dans Les liaisons dangereuses de Laclos.

Chez Fénelon, au contraire, Mentor est porteur d’une force tranquille et modérée, d’une douceur mêlée de sévérité qui à la fois dirige et rassure, rendant Télémaque autonome. Le personnage de Fénelon incarne donc le type du bon mentor, celui qui guide, réconforte et conseille. Il inspire confiance à son élève. D'ailleurs Télémaque dit de lui: "C'est vous, Mentor, que je croirai toujours."

Un autre mentor négatif est Pangloss dans Candide, mais pour d'autres raisons. Sa parole est vaine et sans prise sur le réel de la vie. Il est un pantin ridicule que l’élève n’écoute plus : le mentor répète sans fin un discours figé et automatisé, déshumanisé, caractérisé par l'anaphore et la période arborescente. Avec un tel maître Candide ne peut apprendre que par lui-même, par sa propre expérience.

Un cas tout à fait à part est celui de Zazie, puisqu'elle joue elle-même le rôle du maître, paradoxalement. Tonton Gabriel est campé ici comme un anti-mentor, faible, manipulé, ayant renoncé à tout rôle éducatif par rapport à son élève. Il laisse cette tâche à la bourgeoise offusquée et retombe en enfance.

On voit donc ici la fortune littéraire de ce personnage de mentor inventé par Homère pour protéger Télémaque: tantôt maître qui éduque et libère, tantôt manipulateur ou marionnette gesticulant et parlant pour ne rien dire, quand il n'est pas absent.

 

Les bons fils

Un premier paragraphe présente succintement le corpus (inutile de le reprendre pour la réponse à la 2e question). 

Paragraphes 2-3-4: on répond à la question en comparant les mentors du corpus du point de vue des ressemblances et des différences; on ajoute un élément hors corpus (Mme de Merteuil) pour enrichir la réponse. 

Paragraphe 4: on traite à part le cas particulier de Zazie. 

Dernier paragraphe à valeur conclusive et résumative.

La réponse est organisée et synthétique. L'utilisation des paragraphes facilite la lisibilité du texte.

 

Mentor: corrigé de la question sur corpus nº 2

 

Retour à Nanterre 1ST2S2